UBA-Université de Douala : où sont passés les noms de près de 100 étudiants ?

Barbara (nom d’emprunt), âgée de 17 ans, est étudiante à l’Université de Douala. Elle y est entrée en 2018. « Je suis en première année sociologie », précise cette jeune Camerounaise, avant de déballer les misères de plus de 100 étudiants de sa filière depuis le début de la rentrée académique.

« Avant le début des TD, l’enseignant principal nous a demandé de dresser la liste des étudiants de notre filière. Nous l’avons fait. Chacun écrivait son nom à la main. Le délégué a fait saisir cette liste et a fait imprimer. A ma grande surprise, mon nom n’y figurait plus». Barbara et plus de 100 autres étudiants de sa filière sont dans le même pétrin.
Ils se sont plaints auprès de l’enseignant qui a demandé de dresser la liste. Sans succès. Or, ces étudiants ont réglé les frais de scolarité via UBA. « En principe, quand on paie, nos noms devaient être informatisés. C’est quand même étonnant qu’on nous demande de dresser une liste à la main alors qu’on a déjà payé les frais de scolarité », s’interroge la jeune fille.

A cause de ces tracasseries, elle n’a pas pu prendre part aux TD. « Les notes de ceux qui ont fait les TD sont déjà disponibles. Les nôtres n’y sont pas».
Leur filière compte près de 580 étudiants. L’examen débute la semaine prochaine. Barbara et ses camarades ne savent plus à quel saint se vouer. « L’enseignant nous menace. Il dit que nous ne pouvons pas aller nous plaindre chez le Recteur. D’ailleurs que ce dernier ne nous aidera pas ».
Si le Recteur ne peut rien pour sortir ces étudiants de l’incertitude, j’invite le ministre d’État, ministre de l’Enseignement supérieur, Jacques Fame Ndongo à prendre ses responsabilités.

Source et crédit photo: Didier NDENGUE